Les tampons hygiéniques lavables, le futur de la protection menstruelle ?


Etes-vous, comme beaucoup de femmes, adepte des tampons hygiéniques jetables mais tiraillée par votre conscience ?

Elle a raison cette conscience, il est maintenant prouvé que le tampon jetable, pourtant une base de l’hygiène féminine, n’est pas l’ami de votre corps. Ni de la planète d’ailleurs !

Mais en même temps c’est tellement confortable et pratique.

En effet, il a beaucoup d’avantages : il est invisible, il ne vous gêne pas lorsque vous urinez, on peut aller dans l’eau avec, on le jette dans la poubelle la plus proche ou directement dans les toilettes (ce qui est très grave) et la vie continue. Ces avantages sont malheureusement à mettre en balance avec les effets produits sur (ou plutôt dans) votre corps ainsi qu’au bien-être de la planète.

Nous ne sommes pas là pour faire le procès des tampons jetables mais le manque de transparence des industriels quant aux matières utilisées n’inspire pas totalement confiance en ce produit.

Pour vous faire une idée, nous vous proposons de regarder cette interview de Audrey Gloaguen, la réalisatrice du documentaire « Tampon, notre ennemi intime », diffusé sur France 5 le 25 avril 2017.

C’est pourquoi aujourd’hui, nous voulons faire une petite description factuelle des tampons hygiéniques lavables afin d’essayer de vous convaincre de la puissance de ce nouveau mode de protection menstruelle.

 

Tout d’abord qu’est-ce qu’un tampon hygiénique lavable ?

Pour le moment les exemples sont assez restreints car il n’y a qu’une seule marque présente sur ce marché ! Il s’agit d’ImseVimse, une marque suédoise novatrice qui, depuis sa création en 1988 propose des solutions hygiéniques durables et propres aux femmes et aux enfants.

Courant 2016, ImseVimse a eu l’idée formidable de créer un tampon réutilisable en coton bio, dans la continuité des serviettes hygiéniques lavables (SHL) et des cups que l’entreprise proposait déjà. Après de longues recherches et un test de 6 mois sur plusieurs femmes, convaincue de la performance de ce nouveau produit, la marque le commercialise.

Nous remercions donc ImseVimse pour cette idée de génie : 2 couches de coton, cousues ensembles et ensuite roulées pour ressembler à un tampon « conventionnel ». C’est simple, c’est efficace !

Tampon ImseVimse prêt à l'emploi

Tampon ImseVimse prêt à l'emploi

 

Pour compléter le tout et faciliter la tenue, la mise en place et le retrait du tampon, une simple ficelle à enrouler autour et à laisser dépasser de la longueur souhaitée.

Le coton utilisé est cultivé en Turquie, bio et certifié STANDARD 100 City OEKO-TEX®. Quant à la conception, elle se fait également en Turquie, ce qui réduit drastiquement l’empreinte carbone (la mesure des émissions de gaz à effet de serre produites lors de la conception, du transport…) du produit.

 

Mais comment cela fonctionne-t-il concrètement ?

Nous avons tous déjà joué lors d’un long, très long appel téléphonique ou une réunion Zoom à enrouler un petit bout de papier sur lui-même. C’est le même principe pour le tampon lavable. Il suffit de rouler fermement la bande de tissu et de faire un tour de ficelle autour afin de le maintenir en place.

   Bandes prêtes à rouler Enroulage Tampon roulé avant la mise en place de la ficelle

Nous décortiquons ici les différentes étapes: la 1ère photo montre les bandes de tissus prêtent à rouler. Il existe trois tailles afin de correspondre au mieux à votre morphologie et votre flux.

Puis la 2ème présente le tampon en cours de roulage.

Et la dernière représente l'avant dernière étape: le tampon est roulé, prêt à être attaché par la ficelle.

A la fin de l’enroulement, il ressemble en tout point à votre traditionnel tampon jetable (mais celui-ci est 100% propre).

Il ne vous reste qu’à l’insérer profondément dans votre vagin. Vous pouvez laissez dépasser la ficelle ou alors l’insérer également, c’est à votre convenance. Il sera toujours possible de la récupérer avec les doigts pour le retrait.

Une fois mis en place, si vous ressentez une gêne, c’est qu’il est mal positionné. Il sait se faire oublier ou il va trouver sa place ce doit être votre critère pour être sereine !

En cas de sécheresse vaginale, il se peut que vous ayez des difficultés à l’insérer car il est sec et est dépourvu d’applicateur. Pour y remédier, il est possible de l’enduire d’une fine couche d’huile végétale naturelle (huile de coco, huile de millepertuis, huile amande douce, ou encore huile d’olive).

Pour le retrait, vous pouvez tirer doucement la ficelle ou aller chercher avec vos doigts la base du tampon (la meilleure position pour cela est accroupie, les jambes écartées). Et vous pouvez vous aider de votre périnée afin de faire descendre doucement le tampon.

 

Et après, j’en fais quoi ?

En voilà une très bonne question. Et c’est vraiment là qu’est la nouveauté dans l’utilisation d’un tampon lavable.

Normalement, lors du retrait d’un tampon jetable… on le jette. Tout est dans le nom.

Mais dans notre cas, on le garde, c’est bien évidement l’intérêt du lavable/réutilisable. Mais que faire de ce tampon en tissu gorgé de sang ?

Il y a plusieurs cas de figure en fonction de l’endroit où vous êtes.

  • Si vous êtes chez vous, le mieux est de le rincer directement à l’eau froide. Déroulez-le afin de le rincer en totalité. Puis vous pouvez le frotter à la main à l’aide d’un savon détachant ou directement en machine (de préférence dans un filet de lavage, il évitera ainsi au cordon de s’enrouler autour de votre linge).

Pour vous assurer qu’il ne reste pas de savon dans les fibres et pour le re-stériliser, vous pouvez de nouveau le tremper dans l’eau bouillante quelques minutes.

Puis, faites-le sécher à l’air libre.

  • Si vous êtes au bureau ou dans un endroit assez contraignant, le plus simple est de le ranger dans une pochette étanche ou un petit sac dédié à cet usage et attendre le lieu idéal pour respecter les étapes ci-dessus.

Le saviez-vous ?

L’eau chaude « cuit » le sang et laisse des tâches. Donc dans un premier temps, rincez et/ou faites tremper votre protection lavable à l’eau froide.

 

Les blocages bloquants : oulala le sang menstruel, je ne mets pas mes mains dedans !

Comme toutes les protections réutilisables, le tampon lavable implique que vous soyez à l’aise avec le sang et plus particulièrement avec le sang menstruel. En effet, les protections jetables, par définition, ne demandent pas à être lavées et souvent le contenu n’est même pas regardé. Si vous souhaitez évoluer vers une protection lavable, il faudra nécessairement « mettre les mains dedans » !

Notre société a toujours considéré le sang menstruel comme sale, impur et à cacher pour respecter les bonnes mœurs !  Heureusement aujourd’hui la parole se libère et cela devient de moins en moins tabou. Nous vous conseillons de suivre ces profils sur Instagram : @coupdesang, @jemenbatsleclito, ou encore @vulvani

Pour s’habituer, et ainsi passer plus facilement aux solutions lavables vous pouvez d’ores et déjà commencer à regarder ce sang. A chaque cycle, avant de jeter votre serviette ou votre tampon, observez-le. Lisez aussi des articles sur le sujet :  comprenez vos règles, votre cycle menstruel, pour mieux les vivre !

Puis, tentez l’achat d’une protection lavable : une serviette, un tampon, une cup ou une culotte menstruelle. Faites le test un jour tranquille à la maison. Mettez-le ou la et faites votre vie comme d’habitude.

Dans le cas du tampon, essayez différentes positions pour l’insertion et le retrait, habituez-vous à lui et soyez rassurée de l’efficacité de la protection. Puis, lavez le en respectant les étapes citées plus haut. Vous avez le temps, le processus peut être plus ou moins long, tout dépend de vous. Pensez tout de même que plus tôt vous passez aux protections réutilisables, plus tôt votre corps, la planète et votre portefeuille vous remercieront !

Vos règles sont normales et saines, c’est une partie la vie d’une femme, il n’y a pas de honte à avoir !

 

Pourquoi les tampons hygiéniques lavables c’est bien ?

Il y a 3 principales raisons

La première est économique : avoir ses règles, ça coûte !

Nous confirmons bien sûr toute la démonstration (le très bon article du Monde explique tout en détail). Une femme menstruée dépense en moyenne 3 800 € pour ses protections durant sa vie. Le fait de passer aux protections durables permet d’économiser beaucoup d’argent sur une longue période. Par exemple, la boite de 8 tampons lavables – flux normal - ImseVimse coûte 22,95 €. Le plus confortable est d’avoir deux boîtes, ainsi aucune indisponibilité suite au lavage/séchage. La durée de vie estimée des tampons lavables est de 10 ans, sachant qu’une femme est menstruée pendant 40 ans en moyenne, il faudrait donc 8 boîtes pour couvrir toute cette période. Donc 8 boîtes à 22,95 = 183,60 €. Pour plus de confort, vous pouvez ajouter l’achat d’une ou deux culottes menstruelles pour la nuit.

C’est une somme certaine, nous en convenons mais lorsque nous la comparons au 3 800 € répartis chaque mois en lot de 16 tampons, cela fait relativiser. Commencez donc par une ou deux boîtes, et revenez dans quelques années pour renouveler les tampons qui auront perdu un peu de leur capacité d’absorption avec les lavages répétés.

 

La deuxième raison est écologique : les protections menstruelles produisent des déchets, beaucoup de déchets.

Selon le livre, Flow : The Cultural Story of Menstruation, une femme jette en moyenne entre 100 et 150 kg de serviettes, tampons et applicateurs durant sa vie. Bien évidemment, sur le moment, on ne s’en rend pas compte mais 1 tampon + 1 tampon + … cela fait beaucoup de tampons finalement.

De plus, les serviettes comme les tampons jetables ne sont pas recyclables ce qui signifie qu’ils sont soit incinérés soit enfouis. Et malheureusement, les matières chimiques et le plastique présents dans la protection, son emballage, son suremballage individuel, son applicateur polluent durablement les sols et les cours d’eau et mettent en moyenne 500 ans à se dégrader. 500 ans de pollution pour quelques heures d’utilisation c’est un déchet qui fait mal …

Le fait d’effectuer sa transition vers les protections hygiéniques durables permet donc de faire un pas de géant pour la planète et avancer vers un objectif zéro déchet.

 

« The last but not least » : La dernière raison qui est aussi la plus importante est votre santé.

Le tampon est un dispositif intravaginal ce qui signifie qu’il se place dans votre vagin qui est une des zone la plus sensible de votre corps. Elle mérite une attention toute particulière. Chaque complication liée à cette zone peut avoir des conséquences très graves et influer sur le reste de votre vie. Il faut donc prendre grand soin de votre vagin et de son hygiène !

Malheureusement, les industriels ne semblent pas très soucieux de cela, ce que nous explique l’article de 60 millions de consommateurs.  On y apprend notamment que les tampons contiennent des traces de phtalates (produit chimique utilisé comme plastifiant et qui agit sur la fertilité et le développement du fœtus), BPS et BPA (bisphénol A et S qui interagissent sur le fonctionnement de l’homme), dioxines et d’autres additifs pétrochimiques ou pesticides résiduels, dont le fameux glyphosate.

Les protections étant directement en contact avec la peau ou les muqueuses, la présence de ces substances peut entrainer des irritations et des allergies. Le principal problème est à plus long terme : la plupart des substances citées au-dessus sont aussi connues pour être des perturbateurs endocriniens. Ils sont très souvent associés à différents maux comme certains cancers, des dysfonctionnements hormonaux et des problèmes reproductifs.

Un tout petit objet, bien qu’utile, peut vous gâcher durablement la vie, pensez-y !

L’utilisation de tampons lavables n’est pas exempte de tout risque bien sûr.

En effet, le risque du Syndrome du Choc Toxique (SCT) est toujours présent car il est le (triste) résultat d’une réaction entre une bactérie Staphylococcus aureus présente naturellement chez les femmes et de l’accumulation prolongée de sang dans le vagin. Nous recommandons donc de changer très régulièrement ses protections intravaginales comme le tampon (lavable, bio ou jetable…), la cup ou même l’éponge menstruelle.

Néanmoins, la provenance, la qualité et la certification du tissu bio utilisé ont le mérite d’atténuer, voire de supprimer, les risques attachés aux tampons jetables.

 

La conclusion qui répond tout de même à la réponse du titre

Chez PUUM nous sommes convaincus que les tampons lavables peuvent vraiment plaire et satisfaire aux besoins de nombreuses femmes longtemps habituées aux tampons jetables et qui ne sont pas à l’aise avec des protections extra vaginales. Cependant, cela peut prendre du temps. L’utilisation d’un tampon hygiénique lavable est différente, elle implique une logistique qui n’existait pas auparavant c’est donc de nouvelles habitudes à appréhender.

Mais une fois convaincues des bienfaits de l’arrêt des protections jetables pour le corps, la planète et le portefeuille, il sera difficile pour elles de revenir en arrière.

Etes-vous comme cela ? Faites un test, commencez avec une boite, donnez-nous votre avis et nous essaierons de construire ensemble le futur tampon Made In France adapté à un maximum de femmes !! C’est la volonté de PUUM.

 

Dernières recommandations très très importantes :

  • Avant la 1ère utilisation lavez les tissus à la machine ou mettez les quelques minutes dans l’eau bouillante afin de les stériliser. Laissez sécher et hop ils sont utilisables !
  • Dès que vous utilisez, touchez, manipulez ou même ne serait-ce que pensez à votre tampon hygiénique, vous DEVEZ avoir les mains propres. Vos mains sont le principal canal de diffusion des germes et autres microbes pas top top pour votre corps. Vous touchez à une partie sensible, extrêmement irriguée et fragile. Il faut donc mettre toutes les chances de votre côté pour éviter des complications. Les mains propres, c’est le nerf de la guerre !
  • Changez régulièrement de protection (toutes les 4h maximum), surtout si elles sont intravaginales !
  • Ne dormez pas avec votre tampon toute la nuit. Préférez-lui une protection externe : serviette ou une culotte menstruelle en coton adaptée à la nuit.
  • Afin de savoir quelle taille de tampon choisir, connaissez votre flux : léger, normal ou super. Selon le flux, la taille de bande de tissu à rouler sera plus ou moins grande. Plus la bande est grande, plus le tampon roulé sera épais.
  • Prenez soin de votre tampon lors du lavage afin de préserver sa durée de vie.

 

Retrouvez nos tampons lavables ainsi que les accessoires et savons pour vous faciliter la vie !


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés